Retour

Un Drouais auteur d’un essai sur l’éducation


16.02.2021

Natif de la cité durocasse, Mohamed Jeljeli a publié L’égalité scolaire : entre utopie et réalité, un essai sur l’échec scolaire en France depuis les années 60. Véritable introduction à la sociologie de l’éducation, l’auteur apporte un éclairage instructif à un sujet toujours d’actualité. Rencontre.

Pourquoi cet intérêt pour le thème de l’échec scolaire ?

Cet ouvrage est le fruit d’un projet de doctorat, que j’ai dû reporter, et d’un constat. Au fil de ma carrière, j’ai eu de nombreux échanges avec des enseignants et professionnels du milieu sur les causes de l’échec scolaire, qui sont nombreuses. Le sujet m’a semblé intéressant à étudier et j’ai souhaité engager des recherches universitaires pour apporter des éléments de réponse. Les travaux de Pierre Bourdieu ont été le point de départ. Avant ses théories, on pensait que l’échec scolaire venait uniquement de l’apprentissage, on est doué ou non. Bourdieu a totalement remis en question ce constat, et c’est cette piste que j’ai voulu creuser dans mon ouvrage. Ma démarche est donc de confronter les différentes théories et les moyens mis en place pour réduire les inégalités.

Que penser du modèle d’équité dans l’enseignement français ?

En France, on est dans un système très élitiste et sélectif où les notes ont un rôle considérable. Au contraire, lorsque l’on regarde du côté des pays scandinaves, on se rend compte qu’un autre système peut fonctionner, un modèle dans lequel on s’adapte à l’élève et ses capacités. Les écoles de pédagogie alternatives fonctionnent un peu sur ce modèle. Or, elles ont un coût et demandent du temps pour que l’enseignement puisse s’adapter à chaque enfant. Cela peut ainsi être une alternative mais elle n’est pas suffisante pour combattre l’échec scolaire.

Vous mentionnez d’autres solutions concrètes comme la création de ZEP, les plans banlieues, le soutien scolaire renforcé, etc…

Ces solutions peuvent être saluées car elles ont eu des retombées positives. Or, même si l’on note une diminution de l’échec scolaire, les obstacles économiques et sociaux sont toujours nombreux. Mais soyons positifs, l’amélioration est notable depuis les années 60. Par exemple, aujourd’hui, on constate des profils sociaux divers dans les grandes écoles, ce qui n’existait pas auparavant.

Que pensez-vous de l’apprentissage par le numérique ?

Avec le numérique, on bouscule le système d’apprentissage traditionnel. Certains élèves peuvent se sentir perdus face à un tout numérique et le vivre comme un manque de soutien et de supports. Le tout écran joue aussi sur la concentration des élèves. Je le constate en tant qu’enseignant. Et pourtant, paradoxalement, depuis l’arrivée du numérique, les élèves sont aussi plus éveillés et curieux.

Le confinement a-t-il aggravé les inégalités scolaires ?

En effet, cela peut être un facteur aggravant d’inégalités scolaires car tous les enfants, selon leur milieu, n’ont pas le même encadrement. Comme il n’y a pas eu d’adaptation, cela a pu engendrer du décrochage scolaire. Mais plus généralement, on vit actuellement une période transitoire. Le confinement permet de voir si on peut s’orienter vers un modèle hybride, un enseignement qui mélangerait présentiel et distanciel. Il sera nécessaire de faire le point dans quelques mois avec les parents, élèves, enseignants sur les ressentis et les constats. Les années à venir vont être déterminantes et l’école de demain va sans aucun doute évoluer.


L’égalité scolaire : entre utopie et réalité

Les Éditions du Panthéon - Disponible à la librairie « La Rose des Vents » (5, Grande-Rue Maurice-Viollette) et sur Internet (Fnac, Amazon)

Ça vous intéresse

Les grands projets
Les grands projets
Le visage de la ville a changé.
Depuis 1995, beaucoup de quartiers ont été rénovés voire intégralement repensés afin d'améliorer le confort de vie des habitants et de s'adapter aux changements de la société.
Dans les années à venir, Dreux va...