Smart city : Dreux connectée à la 5G !

Smart city : Dreux connectée à la 5G !

Les villes de Dreux, Vernouillet, Luray et Garnay profitent désormais de la 5G d’Orange avec une couverture s’élevant à 97,5%. Pour annoncer l’arrivée de cette nouvelle technologie sur ce cœur urbain, Pierre-Frédéric Billet, maire de Dreux, a accueilli mardi 25 janvier à l’Hôtel de Ville son homologue Damien Stépho, maire de Vernouillet, ainsi que les représentants d’Orange Étienne Bordry, délégué régional et Benoît Colleville, directeur en charge des relations avec les collectivités locales d’Eure-et-Loir, pour évoquer le déploiement de ce réseau mobile qui va permettre aux usagers de surfer sur Internet beaucoup plus rapidement.  

4 fois plus vite qu’avec la 4G 

Après Chartres, Orléans, Tours, Blois, c’est au tour de Dreux et de ses 3 communes limitrophes de bénéficier de l’arrivée de la 5G avec un débit 4 fois plus rapide que la 4G. Un lancement salué par Pierre-Frédéric Billet, ravi que Dreux figure parmi ces nouvelles villes connectées en Centre-Val de Loire. « C’est une grande satisfaction que la 5G s’ouvre aujourd’hui à nous, à nos habitants, à nos usagers et à nos entreprises. C’est un argument en termes d’attractivité et une montée en qualité du service proposé par Orange à un prix constant*. La 5G est un signal fort et Orange, on peut le dire, joue sa mission de service public. Nous sommes très satisfaits d’avoir pu travailler ensemble à cette mise en œuvre. À Dreux, notre collaboration est ancienne avec notamment la boutique qui s’est réinstallée en cœur de ville et qui est très appréciée par les Drouais. »  

Pour parvenir à cette couverture, un dialogue constructif s’est instauré entre les collectivités locales et l’opérateur Orange. « Les interventions qui ont eu lieu ces dernières années permettent aujourd’hui à notre territoire d’être connecté. C’est le travail de l’histoire, du partenariat, de la complémentarité qui nous permet d’obtenir ce résultat et qui poursuit un seul but : améliorer le quotidien de nos habitants, » complète pour sa part Damien Stépho, maire de Vernouillet.  

3 minutes pour télécharger une vidéo 

Aujourd’hui, le trafic internet mobile augmente de 40 à 50% par an. La fréquence 4G commence à devenir saturée dans les très grandes villes. L’opérateur a donc décidé d’ouvrir la 5G sur la bande de fréquence 3,5 3Ghz. « Concrètement, avec la 5G, vous pourrez désormais télécharger une vidéo en 3 minutes contre 13 minutes avec la 4G, détaille Étienne Bordry, délégué régional d’Orange. On est à 57 mégabits par seconde. Cette nouvelle technologie offre de véritables opportunités pour un territoire, un bassin de vie. Habitants, entreprises, collectivités pourront gagner en productivité et en attractivité. Notre priorité chez Orange est d’apporter le meilleur débit mobile. L’autre avantage de la 5G, c’est qu’elle est moins énergivore : deux fois moins gourmandes que la 4G. De plus, quand les téléphones n’émettent pas, les antennes 5G se mettent en veillent ! » 

*À noter : pour profiter de la 5G, 3 conditions sont nécessaires : être équipé d’un téléphone compatible, connecté à un réseau 5G et être doté d’un forfait. L’opérateur Orange propose quant à lui 3 offres allant de 29,99€ à 49,99€.  

Où en est-on avec la fibre ?  

Pierre-Frédéric Billet, maire de Dreux, a rappelé que les collectivités du département étaient engagées dans une stratégie très volontariste quant au développement de la fibre. La cité durocasse n’en fait pas exception : « C’est un argument primordial pour les nouveaux habitants. On est aujourd’hui à 95% : dans le courant de l’année, nous devrions atteindre les 100%. » À ce propos, Benoît Colleville, directeur en charge des relations avec les collectivités locales d’Eure-et-Loir pour Orange, ajoute que « les 5% restants sont notamment dû aux nombreux programmes de rénovations urbaines qui impactent encore à ce jour un déploiement total ». Si des difficultés existent encore sur ce sujet, Damien Stépho, maire de Vernouillet, voit l’arrivée de la 5G comme un « vrai palliatif » aux zones non fibrées. « Mais bientôt, on aura une connectivité homogène et il n’y a pas beaucoup de territoire aujourd’hui en France qui peuvent se prévaloir de faire ça ! »