Le CDJ forme les citoyens de demain

Le CDJ forme les citoyens de demain

Samedi 22 février, les membres du Conseil drouais de la jeunesse (CDJ) se sont retrouvés en salle du conseil municipal à l’occasion de leur réunion annuelle avec Monsieur le Maire, Pierre-Frédéric Billet. Un moment d’échange et de partage qui a permis aux citoyens en herbe de présenter leurs projets.

Ils apprennent ensemble à devenir citoyens grâce au Conseil drouais de la jeunesse, instance municipale et lieu privilégié pour s’initier à la démocratie locale participative. Âgés de 12 à 17 ans, ces jeunes forment une équipe composée d’une soixantaine de conseillers. Porte-parole de la jeunesse drouaise, ils proposent des initiatives, élaborent des projets, réalisent des actions, et échangent avec l’équipe municipale. Aux côtés de leurs élus référents, Lydie Guérin, adjointe au maire en charge de la petite enfance, l’éducation, politique de loisirs et sportive, ainsi que Yucel Kisa, conseiller municipal délégué à la jeunesse et aux loisirs municipale, les membres du CDJ ont ainsi présenté à Pierre-Frédéric Billet, maire de Dreux, leur dernière réalisation : un court-métrage !

Sensibiliser aux dangers du gaz hilarant

Tel était l’enjeu de ce projet audiovisuel à visée pédagogique et sociale. Intitulé « Mort de rire » et réalisé par une poignée de jeunes du CDJ avec l’association Les Cités Royales, ce court-métrage dénonçant l’usage du protoxyde d’azote (ballons hilarants) chez les jeunes a été diffusé en avant-première. Au terme de la projection, le maire de Dreux, Pierre-Frédéric Billet, a chaleureusement applaudi les acteurs et leur projet percutant, conscient de la portée d’un tel outil sur une ville comme Dreux. « C’est un très bon court-métrage, qui sera diffusé sur les réseaux sociaux, car ces vidéos peuvent sensibiliser nos concitoyens sur ce sujet dramatique des petites bombes en métal…”. Le maire a également tenu à féliciter les jeunes pour leur investissement et la qualité de la vidéo, affirmant même avoir “décelé quelques comédiens en herbe dans le court-métrage” !

Yucel Kisa et Lydie Guérin ont pour leur part également salué l’implication des jeunes, et reconnu l’impact bienfaiteur d’un tel projet pour la jeunesse drouaise. « Nous pouvons multiplier les court-métrages, affirme Yucel Kisa. Ce support est idéal pour sensibiliser à une cause, c’est plus vivant et plus impactant qu’un simple texte. » Et d’ajouter : “Cela peut même faire naître des vocations d’acteurs ou de comédiens, pour lesquelles nous serions prêts à vous accompagner !”

Perspectives 2022

Continuer à faire entendre leur voix. Toujours dans l’idée de faire émerger la parole et la réflexion au sein des jeunes drouais, le directeur de la politique de la ville, de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale, Samir Bénabi, a tenu à rappeler au CDJ la possibilité à tous ceux et celles qui le souhaitent de prendre des cours de théâtre au sein des actions portées par le service jeunesse. L’objectif ? Lancer très prochainement des théâtres forum avec une troupe de jeunes drouais autour de thématiques, et ensuite de se produire dans les écoles de la ville, à l’instar du spectacle qui avait été proposé en novembre dernier dans la cadre du mois du harcèlement.

Toujours plus d’actions. Dans la poursuite de la dynamique engagée, le CDJ déborde d’idées. Parmi elles figurent le lancement d’une chaine YouTube, ainsi que la mise en place d’un Pass Avantages Jeunes Drouais (PAJD) en lien avec la municipalité. Des ateliers santé seront également proposés sur le thème de l’endométriose (appel à projet Ados Caf) et des sorties à la découverte des institutions françaises se poursuivront. Après un passage à l’Assemblée nationale, le CDJ se rendra le 2 mars au Sénat !

Pour plus d’informations ou pour toute inscription, rendez-vous dans les maisons Proximum, où les 3 référents CDJ (Imane Oujhaiene, Jjahid Benoumer et Christophe Benayad) se feront un plaisir de vous accueillir.

3 questions à ….

Shérile, 15 ans
Au CDJ depuis 3 ans

Pourquoi avoir intégré le CDJ ?

« C’est une chance de pouvoir me déclarer porte-parole de la jeunesse drouaise, et d’apporter mes idées et mon opinion. Plus personnellement, cette implication dans un rôle de jeune citoyenne me fait mûrir, comprendre le sens des responsabilités, et affirme mes convictions, en particulier le goût du partage et de l’entraide »

Tu as participé au court-métrage « Mort de rire » : comment ça s’est passé ?

« Avant de lancer le tournage, il y un eu beaucoup de travail en amont avec la récolte des fonds. Pendant les vacances de février, nous avons réalisé la vidéo avec l’association Les citées royales. J’ai moi-même été comédienne. Cela n’a pas été facile d’être à l’aise devant les caméras, mais le jeu en valait la chandelle ! Cette vidéo va permettre une vraie prise de conscience sur les dangers de cette substance et je suis très fière d’y avoir participé !”.

Quels sont tes projets à venir ?

« L’entraide est le terme qui définit le mieux mon plan d’action pour l’avenir. Cela va se concrétiser par exemple par une participation active à la banque alimentaire. Le devoir de mémoire est un sujet qui compte aussi beaucoup pour moi avec la commémoration et ne pas oublier des sujets comme l’esclavage, les camps de concentration… À ma majorité, j’aimerais rejoindre le Conseil drouais des jeunes adultes, nouvelle instance municipale pour les 18 à 25 ans ! »