Le centre territorial de vaccination a fermé ses portes

Le centre territorial de vaccination a fermé ses portes

Après 14 mois de mobilisation permanente, d’abord au Parc des expositions puis à l’espace Paul-Bert, le centre territorial de Dreux-Vernouillet a cessé ses activités jeudi 31 mars. Retour sur une aventure humaine qui aura mobilisé des centaines de personnes.

Il avait ouvert le 18 janvier 2021 au Parc des expositions, en plein cœur de la pandémie de covid-19 pour faire face à un immense défi de santé publique : vacciner massivement la population. Jeudi 31 mars, l’heure était au bilan, lors d’une cérémonie de clôture qui a rassemblé toutes celles et ceux qui ont œuvré à l’organisation du centre. À cette occasion, Pierre-Frédéric Billet, maire de Dreux, a chaleureusement remercié les équipes « qui ont fait preuve d’un engagement sans faille. Elles peuvent être fières du travail accompli. Tous ensemble, nous avons rendu un service public exceptionnel. C’est même un peu une famille qui s‘est construite au fur et à mesure. ” Damien Stépho, maire de Vernouillet, a lui aussi dit sa fierté de cette mobilisation intercommunale : “ce centre territorial était un challenge que nous avons relevé grâce à une volonté commune entre Dreux et Vernouillet et au travail collectif que nous avons mené.”

Implication exceptionnelle

Durant ces 14 mois, c’est Christine Picard, conseillère municipale à la santé et directrice adjointe de l’hôpital de Dreux en charge des plans d’urgence et de gestion des risques, qui a piloté le centre. Rompue aux situations de crises, elle rappelle qu’ « un tel centre de vaccination, c’est une implication de chacun à tous les instants.” À ses côtés, Gil Mention, coordinateur logistique du centre et Cécile Cabrita, directrice du CCAS ont assuré la bonne gestion du lieu, ainsi que plusieurs élus : Mounir Chakkar, adjoint aux solidarités et vice-président du CCAS, Jacques Alim, en charge du Parc des expositions ou encore Aïssa Hirti pour la gestion du personnel. 343 agents de la Ville, 22 de Vernouillet, 70 CDD, dont une dizaine de la Mission Locale, ont été mobilisés. “Grâce au centre, certains jeunes ont même découvert des vocations. Le lien intergénérationnel a aussi été très fort.” ajoute Pierre-Frédéric Billet. 90 soignants ont également été à pied d’œuvre ainsi que de nombreux bénévoles de l’Odarpa, de la Croix-Rouge…

“Environ 500 personnes ont travaillé au centre de vaccination. Il y a aussi eu une très bonne coordination avec la mairie de Vernouillet et son CCAS. Rien n’aurait été possible sans l’investissement de tous et les moyens qui ont été donnés.”

Christine Picard conseillère municipale à la santé et directrice adjointe de l’hôpital de Dreux

Le budget du centre s’élève au total à environ 1,8 millions d’euros, dont 187.000 € ont été pris en charge par la Ville et 580.000 € par l’Agence Régionale de Santé.

“Faire face aux vagues”

Initialement ouvert pour les habitants de l’agglomération, des patients sont rapidement venus en nombre du département, de région parisienne, de Normandie… “Nous nous sommes adaptés sans cesse pour faire face à l’afflux de patients dû aux 5 vagues, en gardant le même cap : vacciner un maximum de monde. C’est une mission de service public et de santé publique. Dans cette optique, on a aussi mis en place un dispositif « Aller vers » pour vacciner à domicile des personnes qui ne peuvent pas se déplacer. » Au fil des mois, le centre a su maintenir l’excellence de son organisation et sa très bonne gestion des stocks. Au plus fort de la crise épidémique, à Noël dernier, les équipes ont accueilli jusqu’à 1.800 personnes par jour sans pâtir de rupture de vaccin. 14 mois après son ouverture, le centre territorial comptabilise près de 193.000 injections. Et c’est une jeune drouaise de 12 ans, Julie, qui a bénéficié de la toute dernière dose avant la fermeture des portes jeudi 31 mars. Le professionnalisme et l’engagement de tous ont porté leurs fruits : à ce jour, 80% de la population de l’agglomération est vaccinée.

Pour une primo-injection ou une dose de rappel, les patients peuvent désormais prendre rendez-vous dans les pharmacies, chez les médecins traitants et les infirmiers libéraux.