Une œuvre drouaise restaurée

Une œuvre drouaise restaurée

Durant le mois de juillet, des restaurateurs s’affairent autour de La Bataille de Dreux, œuvre peinte par Auguste-Hyacinthe Debay en 1844 et conservée dans la chapelle de l’Hôtel-Dieu. L’objectif ? Lui redonner tout son lustre d’antant. Offerte par le roi des Français Louis-Philippe, cette toile illustre en effet un épisode marquant de l’histoire drouaise.

Après avoir figuré à l’exposition de 1844, ce chef-d’oeuvre de grand format a été offert à la Ville de Dreux en 1846 par le Roi Louis-Philippe. Il fut d’abord présenté dans le beffroi, alors Hôtel de Ville puis, au début du XXe siècle, installé dans la chapelle de l’ancien Hôtel-Dieu où il est resté jusqu’à nos jours.

Debay a représenté ici la bataille de Dreux, qui eut lieu le 19 décembre 1562 dans la plaine située au sud de la ville, entre Blainville et Nuisement, durant les guerres de religion. Le peintre a choisi un moment clé, où la victoire passe, non sans une certaine confusion, du camp des protestants commandés par le prince de Condé et l’amiral de Coligny, à celui de l’armée royale et catholique, dirigée par le connétable de Montmorency, le maréchal de Saint-André et le duc de Guise.

Un entretien imposé par le temps

L’œuvre avait bénéficié d’une première restauration en 1995 qui avait permis de rédécouvrir ses couleurs vives. Depuis lors, son état s’était stabilisé mais quelques fientes de pigeons étaient venues gêner la lecture de l’ensemble. L’objectif de cette nouvelle intervention consiste en une mise au point, soit un entretien sans intervention trop lourde.

Quentin Arguillère, restaurateur peinture habillité à travailler sur les collections des Musées de France et trois restauratrices stagiaires procèdent actuellement au nettoyage accompagné d’un dépoussiérage et d’un nettoyage du cadre. Ils consolident également les zones de craquelures. Le coût total de la restauration s’élève à 7.867 euros.

Affectée au musée d’Art et d’Histoire de Dreux, cette œuvre intègre un plan de restauration plus large. Deux autres œuvres ont ainsi été restaurées cette année : Bouquet de Fleurs de Louis Valtat, et une toile de Georges Moreau de Tours, Ophélie, actuellement visible dans le parcours de l’exposition Femmes influentes.